OBSÉDÉ PAR LE TRAVAIL BIEN FAIT

QUI SOMMES-NOUS PUJOL. NOTRE ESSENCE, NOTRE VISION

Depuis ses origines jusqu’à nos jours, notre entreprise est le résultat du travail et des efforts conjoints de personnes ayant avancé dans une même direction, en partageant des objectifs et en donnant le meilleur de nous-mêmes indépendamment du défi à relever ou de la situation à surmonter.

NOS VALEURS

#1
ENGAGEMENT ET EXIGENCE
Nous assumons nos responsabilités au maximum et appliquons avec acharnement dans toutes nos démarches et produits
#2
CRÉATIVITÉ ET PERSÉVÉRANCE
Nous dressons les fondations de tout projet en conseillant la meilleure solution, avec rigueur et en gardant les pieds sur terre
#3
CAPACITÉS ET EFFORTS
Grâce à notre investissement dans les talents et les technologies de pointe, nous disposons de l’atout le plus sophistiqué et prisé : les personnes
#4
FIABILITÉ ET ÉTHIQUE
Sérieux, professionnalisme et engagement. Efforts, dévouement et souci du détail. Ponctualité, efficacité et garantie

OÙ SOMMES-NOUS NOTRE PRÉSENCE

Pujol est constitué de 17 centres de production, magasins et bureaux publiés entre le territoire espagnol et le Royaume-Uni.

SIÈGE CENTRAL

AUTRES CENTRES DE PRODUCTION, MAGASINS ET BUREAUX

TOLEDO
Maqueda
LA RIOJA
Fuenmayor
MÁLAGA
Estepona
GIPUZKOA
Urretxu
CASTELLÓN
Vinaròs
ANGLETERRE
Leeds
Prefabricats Pujol, SA Plaça de l'Esport 1, 25230, Mollerussa, Lleida T. 973 60 11 00 F. 973 60 33 66 Lat. 41.618222 Long. 0.890139

HISTOIRE NOUS CONSTRUISONS NOTRE ENTREPRISE DEPUIS 1942

Au fil du temps, les procédés et les systèmes évoluent, tout comme les personnes et les équipes. Cependant, chez Pujol, certaines choses ne changent jamais : la persévérance et la réinvention constantes.

  • LES PUJOL ET LES GORNÉ, UNIS PAR LE CANAL D’URGELL

    L’histoire de Pujol est étroitement liée au concept de la construction. Les familles de leurs fondateurs, le couple formé par Miquel Pujol Oliva et Mercè Gorné Gasset, quittent dans leur jeunesse le canton de La Noguera pour celui de Mollerussa, siège des bureaux centraux de la construction du Canal d’Urgell où travaillaient leurs parents.

    Grand-mère Victòria, qui était la mère de Madame Mercè, donna à sa fille et à son beau-fils les économies qu’elle avait obtenu engraissant et vendant douze cochons. Avec cet argent, Madame Mercè acheta un terrain où, plus tard, le couple déménagea l’usine.

    La première commande que Madame Mercè et Monsieur Miquel ont reçu a été la fabrication de tuyaux en béton pour les égouts de Mollerussa. Il gérait la fabrication et elle se chargeait des commandes et de la comptabilité.

    • Madame Mercè Gorné et monsieur Miquel Pujol

    • Grand-mère Victòria

    • Madame Mercè à la loge de la Casa Canal de Mollerussa

    • Des années plus tard, la famille a ouvert une entreprise de mosaïque et de pierre artificielle

    • A l'entrée, vous pouviez voir une petite exposition de matériaux de cette époque

  • 1940
    LÀ OÙ TOUT A COMMENCÉ

    1942. Prefabricats Pujol est fondée.

    Son personnel se compose de quatre travailleurs qui commencent à fabriquer des tubes en béton de masse. Trois ans plus tard, elle acquiert une presse qui permettra la fabrication de mosaïques hydrauliques.

    La famille s’étend grâce à la naissance de quatre enfants: Josep Mª, Ramon, Àngel et Mª Mercè.

    • L'usine de tuyaux de l'autre côté de la route

    • Travailler dans l'assemblage des charpentes

    • Les premiers ouvriers de l'usine de tuyauterie (extérieur)

    • Les premiers ouvriers de l'usine de tubes (intérieur)

    • Tuyaux en béton

    • La façade de l'usine de tubes

  • 1950
    LA COMMUNAUTÉ DES IRRIGATIONS DU CANAL D’URGELL VOIT LE JOUR

    1955. “Tuyaux Centritub, même l’eau les préfèrent”

    L’installation du système d’irrigation dans toute la zone d’influence du canal a stimulé la croissance de la société. La fabrication des tuyaux est mécanisée à l’aide d’une centrifugeuse de béton permettant d’augmenter la production et le compactage du produit. Une presse supplémentaire pour la fabrication de mosaïques est également acquise.

    • Publicité de "Casa Pujol" dans la presse

    • L'usine de tubes dans les années 50

    • Les travailleurs démontrant la charge qui supporte les tubes préfabriqués

    • Le carreau d'entreprise de "Mosaicos Pujol" et la remontage avec laquelle ils ont été faits

    • Présentoir des carreaux hydrauliques de ciment qui ont été fabriqués dans les années 50

  • 1960
    DÉCISIONS D’AVENIR COURAGEUSES

    1960. L’usine de poutrelles, une décision clé pour l’avenir.

    Suite à la consolidation de la production de tuyaux et de mosaïques en qualité et en quantité importantes, ainsi que d’autres pièces en béton et de nouveaux produits à base de pierre artificielle, une décision clé est prise pour le futur de Pujol : la construction d’une usine dédiée à la production de poutrelles en béton précontraint.

    1965. La deuxième génération intègre l’entreprise. L’élan vers le Groupe.

    Àngel, troisième fils du couple, rejoint l’entreprise familiale en aidant aux tâches de production. Dès lors, il s’occupera de ce département de l’entreprise.

    Josep Mª, le grand frère, rejoint l’entreprise quelques mois plus tard, après avoir terminé ses études d’appareilleur à Barcelone. Il se concentrera sur les aspects techniques et organisationnels.

    1969. Décès de Mercè Gorné, cofondatrice du Groupe au moment même où l’entreprise gagnait l’élan qui projetterait à la dimension actuelle.

    • Vue aérienne de l'usine 1 dans les années 60

    • Àngel Pujol travaillant avec des poutres en béton

    • Les premiers bureaux de l'usine 1

    • Usine de béton à l'usine 1

    • Un camion de Pujol transportant des charpentes

    • Certains des travailleurs font un contrepoids à la grue

    • Pujol à la Foire de Sant Josep à Mollerussa

  • 1970
    DÉCENNIE DE CROISSANCE

    Au début des années 1970, la société se consolide sous la marque Prefabricats Pujol.

    Organisation d’un bureau technique important et mise en place des bases pour constituer une formation d’entreprise englobant de nouveaux secteurs du domaine des préfabriqués en béton.

    1972. Gercusa, entreprise du Groupe consacrée à l’élaboration de ferraille pour la construction voit le jour.

    1975. Lecsa, entreprise de montages du Groupe est créée.

    1977-1978. Deux sociétés, Aguiló (Lleida), pionnière en technique du béton précontraint et Brugent (Reus), consacrée à la fabrication de blocs en béton s’incorporent au Groupe. Elles font actuellement partie de Pujol Elements, division de la marque spécialisée dans la distribution de matériaux de construction.

    1979. Un bureau technique et commercial du Groupe ouvre à Barcelone.

    • Vue aérienne de l'usine de Mollerussa 2

    • Intérieur de l'usine Mollerussa 2

    • Gercusa

    • Tumsa-Gercusa-Pujol à la Foire de Sant Josep à Mollerussa

    • Production de tubes en béton Tumsa

    • Photo de groupe des travailleurs d'assemblage

    • Travailleurs lors de l'érection de structures à poutres

    • Vue aérienne d'Aguiló Pujol, à Lleida

    • Extérieur d'Aguiló-Pujol

    • Vue aérienne de Brugent, à Reus (Tarragone)

  • 1980
    LES PRÉFABRIQUÉS DE GRANDE TAILLE ET LES GRANDS PLANS D’AVENIR

    Avec l’acquisition d’une usine de poutrelles et d’autres structures préfabriquées pour les fermes et les bâtiments industriels, située à Bellpuig, le Groupe parvient à multiplier par trois la production de poutrelles et ouvre une nouvelle ligne de production de pièces et de structures.
    Le Groupe dispose alors de 400.000 m² de terrains industriels urbanisés.

    1984-1985. Création d’Asepsa, l’entreprise chargée de fournir tous les services techniques, commerciaux et administratifs aux autres entreprises du Groupe.

    Deux usines supplémentaires de fabrication de poutrelles sont acquises : Fetra (El Vendrell, Tarragona) et Arquimat (Vilagrassa, Lleida).

    1987. Pujol démarre la construction des installations visant à augmenter la production de bâtiments industriels afin d’entrer sur le marché des produits préfabriqués destinés aux travaux publics.

    1989, Décès de Miquel Pujol, cofondateur du Groupe, avec la satisfaction d’avoir vu son rêve accompli et la fierté de savoir que ses deux fils, déjà à la tête de l’organisation, seront à même de poursuivre son travail et d’amener le Groupe à relever de nouveaux défis aux côtés d’une grande équipe humaine.

    • L'usine de Bellpuig

    • Intérieur du hangar de Bellpuig

    • La zone urbanisée de Pujol à Mollerussa dans les années 80

    • Zone de travail de l'usine de Mollerussa 3

    • Détail de la presse de l'usine Mollerussa 3

    • Le navire de l'usine Mollerussa 4

    • Détail des travaux publics de l'usine Mollerussa 4

    • Vue aérienne de Fetra, à El Vendrell (Tarragone)

    • L'usine Arquimat, à Vilagrassa (Lleida)

    • En dehors des bureaux centraux de Mollerussa (années 80)

    • Intérieur des bureaux centraux de Mollerussa (années 80)

    • Intérieur des bureaux centraux de Mollerussa (années 80)

  • 1990
    DÉCENNIE DE CONSOLIDATION

    1990. Le Groupe acquiert deux usines de production supplémentaires, l’une consacrée à la fabrication de marbre-mosaïque et de poutrelles armées à Estepona (Málaga) et l’autre, Delta, aux éléments préfabriqués de petite taille vibro-pressés à Amposta (Tarragona).

    1991. Pujol ouvre à Madrid le deuxième bureau technique et commercial en dehors de Mollerussa.

    1994. Le Groupe acquiert Graus Terratzos i Paviments, la plus grande entreprise nationale de fabrication de marbre-mosaïque.

    1995. Fondation de Coltrapesa, entreprise de transport du Groupe avec un parc de véhicules prêts à répondre aux besoins logistiques d’acheminement de tous les éléments produits par le Groupe.

    1996. Acquisition d’une usine de poutrelles à Vinaròs (Castellón), et entrée dans la participation sociale de CM Solsonés, producteur de préfabriqués de grande taille à Solsona (Lleida).

    1997. Le Groupe créé Pujol Industrial, une usine de Maqueda (Tolède) consacrée aux préfabriqués pour hangars et travaux publics qui dispose de ses propres bureaux et de terrains suffisants pour la construction ultérieure de nouveaux hangars pour la production.

    1998. Le projet Ferrofet Catalana fait ses premiers pas: un atelier de ferraille offrant des postes exclusivement aux femmes, à partir d’un modèle d’entreprise engagée avec le territoire et avec la conciliation familiale et professionnelle qui organise la production en équipes de quatre heures. Ferrofet est une initiative unique mise en marche en 1999 dont le Groupe est particulièrement fier, pour laquelle il a reçu plusieurs prix et qui est devenue une étude de cas dans les écoles de commerce.

    Deux usines de plaques alvéolaires sont ouvertes, l’une au sein des installations de Mollerussa, l’autre étant Prehorvinor, à Fuenmayor (La Rioja). Une usine d’éléments préfabriqués vibro-compressés est également acquise à Piera (Barcelone).

    • Vue aérienne de l'usine d'Estepona (Málaga)

    • Vue aérienne de Delta, à Amposta (Tarragone)

    • Vue aérienne de Graus Terratzos i Paviments à Mollerussa

    • Camion Coltrapesa portant une poutre sur la route de Montserrat

    • Camion Coltrapesa portant une poutre à travers le centre de Mollerussa

    • Vue aérienne de l'usine de Vinaròs (Castellón)

    • Vue aérienne du CM Solsonès, à Solsona (Lleida)

    • Vue aérienne de Pujol Industrial, à Maqueda (Tolède)

    • Vue aérienne de Ferrofet Catalana, à Mollerussa

    • Vue aérienne de Prehorvinor à Fuenmayor (La Rioja)

    • Vue aérienne de l'usine de Piera (Barcelone)

  • 2000
    L’ARRIVÉE DE LA TROISIÈME GÉNÉRATION: PUJOL 3.0

    2000. Jordi Pujol Torrent et Miquel Pujol Oliva, fils respectifs de Josep Maria et d’Àngel, rejoignent le siège central de Mollerussa, afin de d’assumer différentes tâches et responsabilités en matière de gestion et de production.

    2001. Romà Catalana d’Àrids est fondée en tant que société partagée par le Groupe Pujol et l’entreprise Àrids Romà, spécialisée dans l’extraction et le traitement d’agrégats de ses propres carrières. De nos jours, cette entreprise est la propriété exclusive du Groupe et opère sous le nom Catalana d’Àrids i Formigons.

    2002. Le Groupe investit dans l’acquisition de 120 hectares à Les Borges Blanques (Lleida), dans une zone à fort potentiel de communication afin de disposer de plus d’espaces pour construire les usines destinées à produire les nouvelles sections de construction industrielle, pour travaux publics et maisons préfabriquées.

    2002. Pujol se voit décerner par le GEC (Groupe d’Entités Catalanes) pour la famille, le Prix Família d’Acció Social Familiar, pour la promotion du travail des femmes et les horaires à mi-temps qui facilitent la Conciliation des vies professionnelle et familiale.

    2004. L’ordre officiel d’appareilleurs, architectes et ingénieurs techniques de la construction, récompense la trajectoire du Groupe à Josep Mª Pujol à travers le Prix « Catalunya Construcció ».

    2005. Pujol construit le moulin destiné à l’élaboration du ciment au sein de la zone industrielle de Borges Blanques, créant ainsi une nouvelle entreprise: Ciments Terraferma.

    2005. Josep Mª Pujol reçoit la Médaille Ildefons Cerdà, décernée par l’ordre officiel des ingénieurs des ponts et chaussées.

    2006. L’investissement dans de nouveaux équipements industriels à Piera et Amposta permet de doubler la capacité de production d’éléments préfabriqués de petite taille.

    2007. Acquisition d’une autre usine de poutrelles précontraintes, EEPSA, située à Sant Fruitós de Bages (Barcelone).

    • En dehors des bureaux centraux de Mollerussa (année 2000)

    • L'usine de Catalana d'Àrids i Formigons

    • L'usine de Catalana d'Àrids i Formigons

    • Machines pour l'usine de granulats à Arbeca

    • Parcelles d'environ 120 hectares dans la commune de Les Borges Blanques

    • Vue aérienne de l'usine des Borges Blanques (Lérida)

    • Pujol reçoit le prix "Famille" en reconnaissance de Ferrofet

    • Vue aérienne de Ciments Terraferma

    • Le moulin à ciment de Ciments Terraferma

    • Vue aérienne d'EEPSA, à Sant Fruitós de Bages (Barcelone)

  • 2009
    LES DÉBUTS DE L’INTERNATIONALISATION

    2009. La vision et l’orientation de la nouvelle génération Pujol commence à aborder l’internationalisation du Groupe qui débute avec l’acquisition d’une usine d’éléments préfabriqués à Leeds (West Yorkshire, Royaume-Uni), appelée Treanor-Pujol.

    2009. Le gouvernement de la Generalitat de Catalunya octroie la Creu de Sant Jordi à Josep Mª Pujol, en reconnaissance de la carrière commerciale du Groupe Pujol, pour sa grande contribution au progrès social et économique des cantons du Ponent.

    • Vue aérienne de l'usine de Leeds (Angleterre)

    • L'affiche de bienvenue à l'usine

    • Les poutres du patio des installations de Treanor Pujol

    • Le Président Josep Montilla a remis le Creu de Sant Jordi à Josep Mª Pujol

  • 2010
    FACE À LA CRISE

    2011. Pujol inaugure ses nouveaux bureaux à Barcelone, dans le district technologique 22@

    2015. Un infarctus soudain et inattendu emporte Àngel Pujol, l’homme qui, aux côtés de son frère, Josep Mª, avait rendu possible tout le développement de la société jusque-là et qui conciliait ce rôle avec ses deux autres passions: le monde du sport et celui de la solidarité. Dans le milieu du sport, il apportait son soutien personnel aux équipes auxquelles il était particulièrement attaché en les parrainant. Dans celui de la solidarité, il a consacré ses dernières années aux projets humanitaires du missionnaire Ángel Olaran à Wukro (Éthiopie) au point de mettre en place la Fondation Centre d’Iniciatives Solidàries en 2005 afin de recueillir des fonds et de promouvoir des collaborations en tout genre pour les enfants orphelins de la mission qu’il visitait plusieurs fois par an.

    2015. Pujol Elements, division du Groupe qui englobe les activités de distribution de matériaux pour la construction et la fourniture de béton, est créée.

    2016. Béton de masse pour travaux. Le Groupe met en service trois nouvelles usines de béton à Mollerussa, Les Borges Blanques et Lleida pour la fourniture et la vente de ce matériau aux entreprises de construction et aux particuliers.

    • Bureaux de Pujol à Barcelone

    • Àngel Pujol lors de l'une des premières visites en Éthiopie avec la Fundació Centre d'Iniciatives Solidàries

    • Cuve lors du chargement du béton

  • 2017
    75 ANNIVERSAIRE

    2017. Groupe Pujol fête son 75 anniversaire, avec un parcours marqué par sa persévérance soutenue et sa croissance sur le marché.

    • Logo du 75 anniversaire

    • L'heure du dîner à l'occasion de la fête du 75 anniversaire

    • La famille Pujol accueille les employés les plus âgés de l'entreprise, maintenant à la retraite

AUTRES DOMAINES D’ACTIVITÉ INVESTISSONS DANS LA SANTÉ

En se situant dans le contexte historique des années 90, on s’est rendu compte du nombre élevé d’habitants résidants dans les cantons proches à celui du Pla d’Urgell et des environs qui devait voyager ailleurs pour disposer de certains services de médecine de qualité.

Ce constat a donné lieu au souhait de fournir des services médicaux non seulement aux salariés du Groupe Pujol mais à leurs familles et le reste des habitants aussi. C’est ainsi qu’en 1990 Pujol est entré dans le secteur de la santé et met en marche le Centre Mèdic Pla d’Urgell à Mollerussa.

Quelques années plus tard, en 2007, Pujol a inauguré le Centre Avantmèdic à Lleida. Ce service de santé est équipé de technologies de dernière génération et met au service de ses patients des consultations médicales, le laboratoire d’analyses cliniques, le département d’imagerie diagnostique, ainsi que le bloc opératoire de chirurgie ambulatoire. Le tout entre les mains d’une équipe de spécialistes médicaux, de personnel clinique et de service à la clientèle de premier ordre qui on fait d’Avantmèdic la référence en matière de médecine spécialisée privé a Lleida et dans sa zone d’influence.

RESPONSABILITÉ SOCIALE CORPORATIVE (RSC) ÊTRE ENGAGÉ

LA FONDATION PUJOL GORNÉ

Car nous souhaitons le meilleur pour les nôtres

Grupo Pujol reverse chaque année un pourcentage de ses bénéfices et alloue son propre personnel à la fondation Pujol Gorné, créée en 2003 pour mettre en œuvre différentes initiatives de soutien social et améliorer le bien-être de tous les travailleurs du Groupe et de leurs familles, dès le début de leur collaboration dans n’importe laquelle des entreprises du Groupe jusqu’à leur retraite.

Disposée à apporter son aide en toutes circonstances susceptibles d’affecter les travailleurs, elle agit notamment en matière de santé, d’éducation et de ressources économiques. La fondation permet également de mettre en œuvre des initiatives ludiques et sociales visant à promouvoir les moments de convivialité en dehors du cadre professionnel. Parmi ses activités, la fondation veille particulièrement à intégrer les nouveaux arrivants

LA FONDATION CENTRE D’INICIATIVES SOLIDÀRIES ÁNGEL OLARAN

La passion et l’héritage humanitaire d’Àngel Pujol

Depuis sa fondation en 2009, par Àngel Pujol, le Centre d’initiatives solidaires travaille pour apporter son soutien, ainsi que pour élaborer et développer des projets nouveaux ou complémentaires dans le cadre d’activités liées à l’aide humanitaire, sanitaire, sociale ou éducative à Wukro, dans la région de Tigray, en Éthiopie du nord, aux côtés d’Ángel Olaran, missionnaire basque à la tête de la St. Mary’s Institution..

Pujol collabore en permanence sur tous les fronts : contributions économiques et matérielles, bénévolat pour l’organisation d’événements visant à attirer de nouveaux partenaires et des fonds, etc. En outre, le Groupe fait partie du conseil d’administration actuellement dirigé par Josep Mª Pujol.

COLLABORATIONS ET PARTENARIATS

Nous partageons des initiatives

À travers son intérêt et son engagement dans la promotion de la culture, de l’éducation, de l’innovation et du sport, notre Groupe a pris part à différents projets, ainsi qu’à des initiatives plus populaires organisées par des organismes ou des personnes des divers sites où Pujol développe son activité.

Dans la rubrique “Notícies” (seulement en catalan et espagnol) on peut trouver les derrières actualités des événements en partenariat avec qui nous collaborons.

LE CAS FERROFET

Richesse pour le territoire et ses habitants

Il s’agit d’une expérience entrepreneuriale unique ayant permis de conjuguer avec succès les objectifs de toute entreprise et les particularités d’une initiative engagée avec le territoire et avec la conciliation des vies professionnelle et familiale.

Ferrofet Catalana a pour mission la fabrication et la fourniture d’armatures en acier ondulé qui, une fois coulées dans du béton permettent de construire des poutres de pont, des piliers ou des poutres maîtresses.

LE CONTEXTE SOCIO-ÉCONOMIQUE (1988)

Pujol commençait à se remettre de la crise économique qui a touché le secteur de la construction suite aux jeux olympiques de Barcelone 1992, et avait besoin de stimuler la croissance de l’entreprise sans quitter le canton.

Mollerussa avait fait l’objet d’une transformation importante, enclenchée au cours de la décennie précédente : l’activité de l’ancienne ville agricole reposait désormais sur l’industrie et les services. Toutefois, le canton présentait un héritage agraire qui le configurait en tant que zone rurale. En termes d’emploi, le territoire souffrait du taux de chômage structurel le plus bas en Catalogne.

La main-d’œuvre disponible était essentiellement autochtone ou issue de la vague d’immigration des années 1950 et 1960, étant donné que celle du début des années 1990 n’avait pas encore atteint le Pla d’Urgell. Bien que l’arrivée de cette deuxième vague était prévisible en raison de la nouvelle période d’essor économique naissante, Pujol se trouvait face à un défi majeur : disposer d’un personnel suffisant pour Ferrofet sans avoir recours à la délocalisation.

LA POURSUITE D'UN RÊVE

À la lumière du facteur critique de la main-d’œuvre et en misant fermement pour la “non-délocalisation”, l’élaboration d’une étude socio-économique du canton a été convenue avec le Patronat pour la promotion économique de la députation de Lleida et le syndicat UGT.

Les résultats de l’étude ont dévoilé le potentiel de main d’œuvre de deux groupes au sein du territoire : les agriculteurs et les femmes.

L'INSPIRATION

En dehors de la saison des récoltes, les agriculteurs pouvaient consacrer du temps à travailler dans l’industrie. Toutefois, cette possibilité ne répondait pas aux besoins de Ferrofet car les pics de production coïncidaient avec la saison des récoltes. Un plus grand nombre de travailleurs était donc nécessaire.

Des annonces et des appels ont été passés à travers les villages afin de capter des personnes potentiellement disposées à travailler à mi-temps. Deux semaines à peine ont suffi pour obtenir une réponse claire : 300 femmes étaient intéressées.

Voilà ce qui nous a donné l’indice final ! Étions-nous en mesure de mettre notre imagination à l’épreuve ? La croissance de Ferrofet ne devrait-elle pas se concentrer sur la main d’œuvre féminine ? Ne devrions-nous pas offrir aux femmes des conditions de travail leur permettant de concilier leurs autres occupations ?

Il était temps de repenser un projet passionnant, encore plus engagé dans le canton, étant donné qu’il s’adressait à ses femmes et à leur quotidien. Nous avions devant nous des femmes certainement chargées d’autres responsabilités et activités, et qui avaient malgré tout exprimé leur souhait de s’épanouir dans leur propre travail tout en contribuant à l’économie du foyer.

La plupart d’entre elles s’occupaient de tâches dans le cadre familial sans aucune rémunération ; d’autres occupaient ponctuellement des postes d’appoint dans des magasins ou dans le domaine des services. Ferrofet représentait l’occasion professionnelle appropriée leur permettant de gagner un salaire sans délaisser le reste.

LA FORCE ENTRE LES MAINS DES FEMMES

Le procédé de fabrication des armatures repose sur la découpe et le moulage de barres de fer à l’aide de machines pour les fixer et les souder ensuite avec des outils manuels selon les instructions d’un plan fourni par le bureau technique.

Tous les équipements de production ont été conçus et adaptés aux caractéristiques physiques des personnes qui allaient travailler chez Ferrofet : éléments de levage pour éviter le recours à la force, outils en remplacement des tenailles dures, pistolets hydrauliques plus faciles à utiliser, équipements de soudure suspendus au plafond pour éviter d’avoir à les traîner, etc.

ORGANISATION POUR LA PRODUCTIVITÉ ET LA CONCILIATION

Nous avions des femmes de tous âges disposés à travailler tous les jours pendant une partie de la journée. Une organisation devait être établie en tenant compte de deux paramètres : le temps investi par le personnel et le temps de fonctionnement de l’usine pendant 12 heures.

Ainsi, trois équipes de 4 heures ont été proposées :

  • La première, de 9h00 à 13h00
  • La deuxième, de 13h00 à 17h00
  • La troisième, de 17h00 à 21h00

SÉLECTION, FORMATION ET MISE EN SERVICE

Une fois les candidates sélectionnées, la formation des 20 premières travailleuses a débuté à travers un programme animé par l’entreprise avec des cours théoriques et pratiques, en parallèle avec une autre formation en matière de sécurité et de santé au travail.

Ces cours proposaient la formation et les informations nécessaires à la préparation des femmes pour leur futur poste.

En février 1999, une première équipe de 20 femmes a rejoint Ferrofet. D’autres ont suivi jusqu’à atteindre un personnel total de 230. Fin 2002, la gestion de la production était exclusivement assurée par des femmes.

SINGULARITÉS AU SEIN DE LA SINGULARITÉ
Cadre juridique

À l’époque, aucun modèle de contrat n’était adapté au cadre professionnel de cette initiative. Il a donc fallu en créer un nouveau et spécifique : le contrat à mi-temps, à durée indéterminée, fixe et discontinu qui, en cas d’activité insuffisante, pourrait être ponctuellement suspendu sans être résilié. Ce nouveau type de contrat a été signé pour la première fois chez Ferrofet.

Cinq minutes et libre choix d’équipe

Les horloges de l’usine étaient avancées de cinq minutes pour permettre aux mères d’aller chercher leurs enfants à l’école. La possibilité du choix d’équipe de travail permettait aux travailleuses de répondre plus facilement à d’autres besoins.

Le hangar-école

Il s’agit du hangar où le personnel est formé en permanence au développement des nouvelles pièces incorporées au catalogue de produits, à la reconversion pour occuper un poste différent, à l’interprétation d’un type de plan spécifique ou à l’utilisation d’un outil de travail.

Les travailleuses elles-mêmes ont pris part à la formation afin de mettre à profit leurs compétences. Exclusivement formée dans un premier temps par un ancien ferrailleur, l’équipe de formation a été complétée par l’une des femmes de l’équipe Ferrofet qui était enseignante et pédagogue. Elle a aidé à définir le processus de formation à suivre par les femmes intégrant le métier et a participé à l’élaboration d’un manuel.

PRIX ET RECONNAISSANCES

Ferrofet est devenue un cas d’étude des écoles de commerce et a suscité l’intérêt des programmes télévisés tels que 30 minuts sur la chaîne TV3, mais voici nos plus grandes fiertés :

  • Être la seule entreprise citée dans le Livre Blanc de la Commission Européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail obtenue
  • Remporter le Prix à la Responsabilité Sociale des Entreprises (Dublín, 2003)

Les institutions espagnoles ont reconnu les efforts de Ferrofet à travers :

  • Le Prix à l’Innovation, décerné par le Département du travail de la Generalitat de Catalunya (2000)
  • Le Prix du Ministère de l’Industrie (2001)

La société civile a également salué très positivement l’initiative:

  • Prix Familia d’Acció Social Familiar du GEC (Groupe d’Entités Catalanes pour la famille) pour la promotion du travail des femmes et des horaires à temps partiel qui facilitent la conciliation des vies professionnelle et familiale (2002)
  • Prix FIDEM de la Fondation Internationale des Femmes chefs d’entreprise (2002)
  • Prix ADDE de l’Association des Femmes chefs d’entreprise et entrepreneures de Tarragona (2004)
  • Prix FUNDE de l’Association des Femmes chefs d’entreprise, cadres et entrepreneures de Lleida (2007)

Cela dit, la plus grande récompense pour Pujol a été de mener à bien une initiative entrepreneuriale qui a délivré dès le départ le rendement escompté, et de constater au quotidien la satisfaction et l’engagement des femmes de Ferrofet, enthousiasmées et ravies par cette opportunité d’épanouissement professionnel et d’amélioration économique de leur environnement.